Scanner et irradiation

Introduction

● L’invention du scanner dans les années 70 fut récompensée par le Prix Nobel, pour ses inventeurs, Godfrey Newbold Hounsfield et Allan MacLeod Cormack car elle permit des progrès médicaux considérables. Ces progrès entraînèrent la généralisation des scanners dans les années 80 et 90 et donc indirectement une augmentation des doses d’irradiation délivrées aux patients.

Le récent rapport de l’IRSN et de l’INVS sur l’exposition médicale de la population française aux rayonnements ionisants conclut ainsi :
« - 74,6 millions d’actes de diagnostic utilisant les rayonnements ionisants ont été réalisés en France en 2007.
La radiologie conventionnelle représente 63 % des actes, la radiologie dentaire 24,7 %, les examens scanner 10,1 % et la médecine nucléaire 1,6 %.
○ Les actes de diagnostic médical en France conduisent à une dose efficace1 égale à 1,3 millisievert (mSv) en moyenne par an et par individu. Cette valeur, très inférieure à celle des Etats-Unis (3 mSv), se situe dans la fourchette des valeurs moyennes européennes (0,4 mSv au Royaume-Uni - 2 mSv en Belgique).
○ Les examens scanner sont les actes délivrant les doses les plus élevées et représentent 58 % de la dose efficace moyenne. La part de la radiologie conventionnelle (hors radiologie dentaire) est de 26 % et celle de la médecine nucléaire est de 10 %. «
Néanmoins, les évènements dramatiques récents au Japon ont entrainé une certaine confusion auprès du grand public. Il faut se rappeller qu'un scanner du thorax par exemple ne représente qu'environ 4mSv d'irradiation, soit à peine plus que ce que reçoit naturellement un breton ou un habitant des alpes cf Notions physiques élémentaires sur l'irradiation.

DEMARCHE QUALITE : Comment réduire la dose d'irradiation au Scanner ?

Dans le cadre de sa démarche qualité, le centre d'imagerie Paris 16 est particulièrement vigilant concernant l'exposition au rayonnement médical :
- Au niveau de l’équipement :
Lors du renouvellement de son scanner en 2010, l’équipe médicale du centre d’imagerie paris 16 a retenu en priorité, parmi les critères de choix, le critère dosimétrique, en écartant de l’appel d’offre les appareils les plus irradiants. Le Centre d'imagerie Paris 16, toujours à la pointe des innovations scientifiques, utilise dorénavant un scanner General Electric doté de la technologie ASIR : elle rend possible l’acquisition d’images de haute qualité à faible dose.
Une qualité d’image rehaussée est ainsi obtenue, ainsi qu’une meilleure détectabilité à faible contraste, sans sacrifier le détail anatomique.
Une réduction de dose jusqu’à 40 %, sans effet sur la qualité d’image.

- Au niveau des maintenances :
Le Centre d’Imagerie Paris 16 participe activement aux différents contrôles imposés par les autorités sanitaires, notamment les contrôles de qualité réguliers pour s’assurer de la conformité et de la stabilité des performances de l’appareil ( cf dernier controle en date )

Le scanner est soumis à une surveillance, suivant des directives européennes.
-Un contrôle de qualité interne est réalisé périodiquement.
-Un contrôle de qualité externe est réalisé une à deux fois par an par un organisme indépendant affilié à l'AFSAPS.
Le respect des controles obligatoires est assuré par l'Autorité de Sureté Nucléaire (inspections ,évaluation des résultats des controles)
Un Label ,type norme ISO 9000 adapté à la pratique médicale ,décerné par l'Apave ,assure au patient le respect des normes en matiere de radioprotection.
Ces normes sont définies par la directive europeenne 97-43, mise en oeuvre par la FNMR (Fédération Nationale des Médecins Radiologues) et la SFR (Société Française de Radiologie) et controlée par l'ASN (Autorité de Sureté Nucléaire).cf liens

Les doses délivrées par examen sont contrôlées annuellement.
L’équipe du scanner paris 16 évalue périodiquement les doses des examens courants sur des fantômes standard et le comparer les résultats aux niveaux de référence.

Pour que chaque patient soit au courant de sa dose d'irradiation médicale, dans un souci de tranparence totale, la dose délivrée lors d'un examen est inscrite dans le compte rendu de l'examen.Elle est archivée avec l'examen.( le PDL est exprimé en mGy.cm pour le scanner : cf unités de mesure ) .

Le Centre d'Imagerie Paris 16 suit scrupuleusement le guide des bonnes pratiques, délivré par les autorités compétentes, permettant de délivrer la dose minimale nécessaire et suffisante à l'obtention du diagnostic (ALARA), en respectant les niveaux de référence préconisés par les sociétés savantes ( Niveaux de Réference : recommandation SFR ).


Niveau de référence en scanographie chez l'adulte pour une acquisition d'images par examen
Encéphale IDSP (mGy) 58 PLD (EN mGy.cm) 1050
Thorax IDSP (mGy) 20 PLD (EN mGy.cm) 500
Abdomen IDSP (mGy) 25 PLD (EN mGy.cm) 650
Pelvis IDSP (mGy) 25 PLD (EN mGy.cm) 450

Enfin, chaque membre de l'équipe médicale et paramédicale du Centre d'Imagerie Paris 16 ( médecins et manipulateurs ) est astreint à une formation continue rigoureuse ,en particulier concernant la "radioprotection patient". Un médecin radiologue est nommé référent ( PCR ).