Comment nous joindre ?

P1010892.jpg
Pour prendre rdv pour passer sa coloscopie virtuelle à Paris 16 :
Scanner Paris 16
95 rue Michel Ange, 75016 PARIS
Tél.: 01 40 71 24 12
Métro : Porte de St-Clous / Exelmans
BUS : 62 – 22 – 72 - PC

Coloscopie virtuelle

Le cancer du côlon en chiffres

LOGOScanP16.gif
Avec 135 000 nouveaux cas chaque année en Europe et 36 000 en France, le cancer du côlon est l’une des tumeurs malignes les plus fréquentes dans les pays industrialisés. C’est aussi l’une des plus meurtrières, avec un taux de décès qui avoisine les 50 %.

Près de 16 000 Français meurent chaque année de cette maladie, ce qui en fait la deuxième cause de mortalité par cancer, après le cancer du poumon chez l’homme et le cancer du sein chez la femme.

Pourtant, le cancer du côlon est accessible à un dépistage précoce et même à un traitement préventif, car, neuf fois sur dix, ces tumeurs se développent à partir d’un polype bénin, présent dans l’intestin pendant plusieurs années avant de dégénérer. Ce dépistage peut maintenant se faire par le scanner, en coloscopie virtuelle (voir l'article référence) ,technique présentant l’avantage majeur de s’affranchir de l’anesthésie générale utilisée lors de coloscopie classique.

Comment ça marche ?

La coloscopie virtuelle est une technique qui exige une préparation soigneuse du côlon afin d’éliminer des résidus fécaux que l’on pourrait éventuellement confondre avec des polypes. La préparation est tout à fait similaire à celle d’une coloscopie optique. Cet examen nécessite une distension du côlon et, dans ce but, le CO2 sera insuffl é par une sonde rectale au début de l’examen. Sans cette dilatation des anses coliques, de faux épaississements de la paroi intestinale peuvent apparaître et conduire à des diagnostics erronés de cancer ; des polypes peuvent ne pas être visibles ou des plis du côlon (haustrations) peuvent être pris pour des polypes. Cet examen ne requiert pas d’injection intra-veineuse de produit de contraste. Par contre, dans un deuxième temps, si le radiologue dépiste une anomalie sur un organe, visible en cours d’examen, une injection de produit de contraste iodé peu être nécessaire. Les études ont montré que la coloscopie virtuelle était mieux supportée qu’une colonoscopie optique. Les complications sont rarissimes (d’un facteur 10 par rapport à la coloscopie optique) et se résolvent en principe avec un traitement conservateur. C’est, comme pour tout examen radiologique utilisant des rayons X, et contrairement à la coloscopie optique, un examen très faiblement irradiant (5 à 7 mSievert soit à peu près le double de l’irradiation naturelle annuelle que vous subissez).

Comment se déroule la coloscopie virtuelle ?

La veille et le matin de l’examen, vous avez suivi la préparation prescrite. Vous avez signalé votre arrivée à l’accueil, vous serez dirigé vers la salle d’attente.

Avant l’examen
il est conseillé d’aller aux toilettes et d’enlever de vos poches tout ce qui serait susceptible de tomber.
Vous pouvez essayer d’aller à la selle une dernière fois avant l’examen.
Après vous avoir fait entrer dans la salle de préparation, le médecin ou le manipulateur vous précise les vêtements à enlever. On pratique alors une insufflation du côlon après avoir introduit une canule au niveau de l’anus. Cette introduction, facilitée par du gel, est totalement indolore. La distension du côlon est réalisée à l’aide de CO2, beaucoup moins douloureux que l’air, ceci sous contrôle constant de la pression insufflé, il n’y a donc pas de risque de perforation. Cette distension n’est pas douloureuse, tout au plus désagréable, avec une sensation de spasme. Le volume de gaz insufflé varie, mais est généralement inférieur à 2 litres.

L’équipe médicale est derrière la vitre : Le manipulateur vous voit et vous entend parfaitement.
Vous n’est pas seul. Vous pouvez signaler ce que vous ressentez à haute voix. Le manipulateur vous parle pour vous donner des consignes.

Pendant l’examen
vous êtes couché sur le lit d’examen qui glisse doucement dans un anneau ouvert. Deux à trois passages sont nécessaires. Un sur le dos, un sur le ventre et un éventuellement sur le côté.
Le changement de position du patient (dos->ventre) au cours de l’examen a pour but de mieux visualiser les surfaces antérieures et postérieures du côlon grâce aux déplacements de l’air, des liquides et solides à l’intérieur des anses intestinales.

La durée de la coloscopie virtuelle est inférieure à 15 minutes.

Après votre départ de la salle d’examen les images sont reconstruites par l’ordinateur. Le médecin peut ensuite voyager à travers votre colon à la recherche de polype, d’où le terme de coloscopie virtuelle . Le compte rendu de ce voyage prend plusieurs heures.

Quelle est la préparation ?

Pour que cette technique soit performante, le côlon doit être bien préparé et il est absolument impératif de suivre scrupuleusement les instructions du régime de 24 heures, notifiées sur un livret d’information joint à une ordonnance, que vous remettra la secrétaire lors de la prise de rendez-vous. Sans préparation optimale, des petits fragments de selles risqueraient d’être interprétés à tort comme des polypes et conduire à une colonoscopie inutile

Cette préparation, la veille de l’examen, ne vous empêchera pas d’avoir une activité normale. Il est néanmoins prudent d’être à proximité de toilettes. La préparation repose sur un régime sans résidu, une diète hydrique et différents laxatifs qui vont purger le côlon.

Quand peut-on avoir les résultats ?

Le médecin radiologue après avoir revu votre examen, en fait l’interprétation.
Il vous recevra après votre examen pour une première impression non détaillée. Seul votre médecin pourra vous donner un résultat complet à l’aide des autres examens qu’il a demandés. Vous devez alors revenir chercher votre examen. Ceci vous évitera d’attendre plusieurs heures l’interprétation.

Que fait-on si on dépiste des polypes ?

Dans moins de 10% des cas, des polypes du côlon sont dépistés. Selon la taille du polype et le risque de dégénérescence, le radiologue vous adressera alors à votre gastroentérologue pour les faire retirer lors d’une colonoscopie ( coloscopie ) optique. Mais dans 90% des cas, le dépistage est négatif, et vous n’aurez alors qu’à pratiquer à distance une nouvelle coloscopie virtuelle de dépistage.

Est-ce douloureux ?

La coloscopie virtuelle peut être considérée comme très confortable. La préparation digestive est désagréable la veille de l’examen, à l’instar de celle pratiquée pour une coloscopie optique. La distension du colon n’est pas douloureuse, tout au plus désagréable, avec une sensation de spasme.

Combien coute une coloscopie virtuelle ?

L’examen doit être réglé par vos soins. Il est en partie remboursé dans les conditions habituelles (secteur 2 honoraires libres) et le dépassement d’honoraires peut être pris en charge par les mutuelles.
Les secrétaires sont à votre disposition pour vous détailler les tarifs et vous informer sur les modalités de remboursement.

Le forfait technique est entièrement pris en charge par la Sécurité Sociale.